“ J’ai le cerveau qui meure, je sens mon sang bouillir puis rouiller de jour en jour. Je me sens malade, je ne dors plus, je n'ai plus faim. Il y a du bruit dans ma tête et des choses comme la pluie et le vent. Je sens mes yeux durcis, haineux et parfois même, je me regarde et j'ai pitié pour moi. J’ai peur tout le temps parce que je sais que je suis un échec et je crains que les autres s’en APERÇOIVENT et se moquent. Je me sens seule, absente de moi-même, entourée de rien, ni de personne. Je n'en peux plus de me sentir ainsi, d'être d'une humeur de morte et de n’avoir que des sentiments de chaos. Quel fardeau d'avoir été dotée d'un esprit pour penser ; ces mots, ces pensées et ces doutes tout là-haut savent comment ne pas sortir, alors ça s'entrechoquE. RIEN NE ME SOULAGE ; ce vacarme est insupportable et me rend sombre.

je crois que celui qui cherche le bonheur doit être bon funambule. si ce dernier excelle, il est capable, entraîné dans sa chute, de tisser puis de tendre d'autres cordes pour ne jamais tomber. Aujourd’hui, C'est comme si j'avais chuté de tout en haut du monde. ”

- CERVEAU MALADE, janvier 2014.